Rechercher

Dernières publications

--> Url version détaillée , Url version formatée Structure name contains or id is : "409065;155441;135971;102266;212248;578082", Publication type : "('ART')"
737.
titre
Heavy Metal Fluxes in Tropical Urban Forest Soil in Abidjan District (Côte d’Ivoire)
auteur
B. Emile Bolou-Bi, D. Jean Baptiste Ettien, Mireille Pitta, Thierry Philippe Guety, Clarisse Balland-Bolou-Bi
article
, 2021, 10 (02), pp.169-183. ⟨10.4236/jacen.2021.102011⟩
titre
Uptake, accumulation and associated cellular alterations of environmental samples of microplastics in the seaworm Hediste diversicolor
auteur
Omayma Missawi, Noureddine Bousserrhine, Nesrine Zitouni, Maria Maisano, Iteb Boughattas, Giuseppe de Marco, Tiziana Cappello, Sabrina Belbekhouche, Mohamed Guerrouache, Vanessa Alphonse, Mohamed Banni
article
, Elsevier, 2021, 406, pp.124287. ⟨10.1016/j.jhazmat.2020.124287⟩
titre
Réparer, recoudre, restaurer… Des collectivités locales en tâtonnement
auteur
Julie Gobert, José-Frédéric Deroubaix
article
, Association des amis de la revue de géographie de Lyon, 2021, Penser le politique par les déchets, 95 (1), ⟨10.4000/geocarrefour.16518⟩
titre
Fluorescence excitation/emission matrices as a tool to monitor the removal of organic micropollutants from wastewater effluents by adsorption onto activated carbon
auteur
Ronan Guillossou, Julien Le Roux, Angélique Goffin, Romain Mailler, Gilles Varrault, Emmanuelle Vulliet, Catherine Morlay, Fabrice Nauleau, Sabrina Guérin, Vincent Rocher, Johnny Gasperi
article
, IWA Publishing, 2021, 190, pp.116749. ⟨10.1016/j.watres.2020.116749⟩
titre
Uptake, tissue distribution and toxicological effects of environmental microplastics in early juvenile fish Dicentrarchus labrax
auteur
Nesrine Zitouni, Noureddine Bousserrhine, Omayma Missawi, Iteb Boughattas, Nathalie Chèvre, Raphael Santos, Sabrina Belbekhouche, Vanessa Alphonse, Floriane Tisserand, Ludivine Balmassiere, Sofia Pereira dos Santos, Moncef Mokni, Hamadi Guerbej, Mohamed Banni
article
, Elsevier, 2021, 403, pp.124055. ⟨10.1016/j.jhazmat.2020.124055⟩

Tutelles

Membre de

Phyte’Up - Présentation

par Administrateur, Daniel Thevenot - publié le

Années  : 2019 - 2025

Nom du projet  : Phyte’up : phyto-épuration des eaux grises en toiture

Deux démonstrateurs permettant de filtrer en toiture des eaux grises et de les recycler dans des logements seront construits d’ici 3 ans à Bordeaux (dans le cadre de la ZAC Garonne-Eiffel) et à Ivry (dans le cadre de la ZAC Gagarine-Truillot) !

1. Problématique et présentation du projet

Phyte’up est un des 8 projets lauréats de l’Appel à Manifestation d’Intérêt Permis d’Innover lancé par les trois Établissements Publics d’Aménagement (EPA) Euroméditerranée à Marseille, Grand Paris Aménagement et Bordeaux Euratlantique, soutenu par le Ministère de la Cohésion des Territoires.

Il est un des deux seuls projets à avoir été retenu pour une réalisation sur l’ensemble des trois territoires. Sous le patronage de chacun des EPA, les réalisations associent le Leesu (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains), le cabinet d’architecture Daquin - Ferrière & Associés et un bailleur ou un promoteur immobilier.

A Bordeaux, le dispositif Phyte’up sera intégré à un projet de logements sociaux porté par Domofrance et doit permettre d’alimenter les toilettes d’une cinquantaine de logements ainsi que des systèmes de nettoyage des surfaces dans les espaces communs et les parkings.

A Ivry, un des bâtiments de logements en accession à la propriété, prévu dans la première tranche de réalisations de la ZAC Gagarine-Truillot, intégrera le dispositif de filtration pour les mêmes usages que ceux imaginés à Bordeaux, mais également pour l’irrigation des espaces d’agriculture urbaine en toitures et au sol dans le quartier.

La construction des bâtiments accueillant le dispositif de filtration et de valorisation des eaux grises devra débuter à l’automne 2020 pour une livraison courant 2022. Mais l’innovation ne s’arrêtera pas avec la livraison des démonstrateurs puisqu’il est prévu de suivre et d’évaluer les performances du dispositif et l’appropriation par ses usagers pendant les trois premières années de fonctionnement.

Phyte’up devrait ainsi permettre de répondre aux exigences d’économie d’eau dans toutes les constructions neuves prévues dans le Pacte de 23 mesures pour préserver l’eau annoncé début juillet 2019 par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES).

Les démonstrateurs mis en œuvre à Bordeaux et à Ivry permettront de faire la preuve de l’efficacité d’un procédé naturel de filtration des eaux grises et de l’adéquation de la qualité de l’eau ainsi obtenue pour les usages domestiques qui ne nécessitent pas une eau destinée à la consommation humaine. En complément les démonstrateurs permettront d’évaluer la capacité de ce procédé à abattre certains micropolluants qui ne sont pas encore réglementés…

2. Objectifs : Principes et bénéfices environnementaux attendus

L’innovation proposée consiste à récupérer les eaux de pluie et certaines des eaux grises générées par les habitants, à les traiter et à les réinjecter dans un réseau parallèle au réseau d’eau potable à des fins d’alimentation de leurs toilettes, de lavage des surfaces (communs et parking) et d’arrosage des plantes. Ces eaux grises sont, grâce à un procédé de phytoépuration développé et optimisé par la société Aquatiris situé en toiture d’immeuble, traitées et rendues propres à des usages intérieurs (voir figure 1). Le procédé développé permet d’atteindre une qualité d’eau propre – non potable – appropriée aux usages intérieurs visés. Sous contrôle des instances sanitaires compétentes, la procédure Permis d’Innover permet de déroger temporairement à la réglementation existante pour ces usages. Il nécessite cependant un suivi permanent de la qualité de l’eau recyclée et l’implantation d’un double réseau de distribution à l’intérieur du bâtiment.

Figure 1 : Schéma simplifié du système Phyte’up pour la phytoépuration des eaux grises et la récupération des eaux de pluie et flux d’eau dans le bâtiment

Ce système en toiture est particulièrement adapté au contexte d’un milieu urbain dense dans lequel la ressource foncière est très contrainte. En complément des bénéfices en termes de réduction des consommations d’eau potable, le filtre planté de roseaux, agrémenté par une végétation semi-aquatique et accessible en toiture, contribue à un ensemble de services écosystémiques :

  • biodiversité « ordinaire »,
  • rétention des eaux météoriques et réduction de la vulnérabilité du réseau aux événements pluvieux,
  • limitation de l’effet d’îlot de chaleur urbain.

Outre les performances environnementales attendues, l’originalité de Phyte’up réside dans la mise en œuvre d’une démarche expérimentale liant les procédés technologiques développés à une « innovation d’usage » : les habitants sont impliqués dans une démarche de co-conception du dispositif et de son système d’évaluation en temps réel de ses performances épuratoires, permettant ainsi de remédier au déficit souvent constaté d’appropriation des technologies développées dans l’habitat durable. Cette participation des habitants, rendue possible par leur association à la conception, à la surveillance du fonctionnement et, à l’entretien, permet de garantir l’efficacité et la pérennité du système et d’éviter des pratiques de gaspillage des bénéfices environnementaux permis par Phyte’up.

Partenaires

Annonce du Grand Paris : Leesu lauréat de l’Appel à Manifestation d’Intérêt

Contacts : José-Frédéric Deroubaix ou Régis Moilleron